American Horror Story 6 : Roanoke : l’anthologie vire à la schizophrénie

bal-american-horror-story-roanoke-episode-4-recap-20161006

Lady Gaga, agagain.

Après une cinquième saison décevante, l’anthologie d’horreur est revenue sous une forme complexe, mélangeant fiction et télé-réalité.

Que s’est-il passé à Roanoke ? Shelly et Matt, un jeune couple moderne, ont décidé de quitter Los Angeles après une agression et une fausse couche pour vivre dans une vieille maison en Caroline du Nord.  Manque de chance, la baraque est hantée tout comme les environs. A chaque lune rouge, des fantômes du 18e siècle viennent réclamer leur droit à la propriété. Cette histoire invraisemblable est racontée sur le mode du témoignage documentaire avec reconstitution des événements.

Systématiquement, les héros se retrouvent errant, cherchant ou chassé dans les bois alentour. Le scénario les retient artificiellement sur les lieux. Vers la fin de la saison, le documentaire s’achève et AHS rebondit dans une nouvelle direction : les producteurs lancent une télé-réalité dans les mêmes lieux et réunissant les protagonistes originaux et les interprètes du docu-fiction… Le procédé permet aux comédiens de jouir de nouveaux personnages, notamment Sarah Paulson qui s’amuse à jouer une anglaise superficielle et fragile après avoir interprété « pendant six mois » une blonde américaine sincère et combative. Au-delà, ce virage vers le found-footage confirme le manque d’inspiration d’AHS bien visible depuis la cinquième saison. Cette « astuce » et les circonvolutions relationnelles des personnages n’inspirent rien d’autre que l’ennui.

Les critiques américains ne sont pas de notre avis et pourtant, cette nouvelle saison a perdu la moitié de ses spectateurs entre la diffusion du premier et du huitième épisode. Alors nous nous demandons : comment expliquer cette chute qualitative palpable ? Il faut noter la disparition du casting de Jessica Lange dont la présence aidait à structurer les histoires, à les habiter un peu plus. Par ailleurs, les scénaristes ont décidé que leurs personnages étaient intrinsèquement pourris, et mortels. Alors, on s’attache peu ou pas très longtemps. Au moins cette sixième saison nous épargne la vulgarité de Lady Gaga, ici en mode Kate Bush.

American Horror Story : Roanoke. De Brad Falchuk, Ryan Murphy. Musique : James S. Levine, Mac Quayle. Interprétation : Sarah Paulson, Lily Rabe, Angela Bassett. Etats-Unis, 2016.

Post Your Thoughts

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.