Rolling Thunder Revue – A Bob Dylan Story by Martin Scorsese : fabulants troubadours

Une affiche trop belle pour être vraie : un peu de Dylan dans ce documentaire superficiel, et très peu de Scorsese.

Une affiche trop belle pour être vraie : un peu de Dylan dans ce documentaire superficiel, et très peu de Scorsese.

En 1975, Bob Dylan embarque des musiciens et chanteurs de folk, et le poète Beat Allen Ginsberg, dans une tournée à travers les Etats-Unis. Au grand dam de leur promoteur qui ambitionne de remplir des salles de 30 000 personnes, ces nouveaux troubadours s’arrêtent dans des petits patelins où ils jouent gratuitement, chez d’autres musiciens, et même dans une réserve indienne. L’aventure durera deux ans pendant lesquels la “Parade du Roulement de Tonnerre” va entraîner avec elle des légendes du blues-folk américain comme Joan Baez et Joni Mitchell.

Deux heures et trente minutes c’est beaucoup mais ce n’est pas assez. Le documentaire attribué à Martin Scorsese saucissonne des images d’archives et des interviews de survivants de l’époque. Le montage raconte une histoire décousue, dont personne n’est le héros mais presque tout le monde veut l’être. L’auteur des images de la tournée raconte sa version des faits, conflictuelle et critique, jusqu’à revendiquer d’être le réalisateur du documentaire. Car ici, Scorsese semble avoir prêté son nom mais pas son talent. Deux séquences font référence à l’histoire du cinéma et une troisième à l’histoire du cinéma de l’italo-américain. Comme un cheveu dans la soupe, Sharon Stone, consacrée au cinéma notamment par Casino, raconte comment elle s’est retrouvée ado, blonde et bête devant Dylan qui la raillait sur son t-shirt Kiss et l’influence d’Okuni dans les maquillages de scènes du groupe de hard rock. “C’est quoi Okuni je me suis dit ? En fait c’est le mec qui a inventé le théâtre Kabuki”. Okuni était une femme. Et de partir sur sa vision de la célébrité et ses ambitions de l’époque. Une intervention particulièrement inutile, alors que les autres digressions apportent au moins l’impression de regarder des images rares et exceptionnelles (un poème incestueux déclamé par une jeune Patti Smith, Ginsberg et Dylan se produisant devant un parterre de pré-retraitées, le dialogue amoureux avec Baez, Baez singeant Dylan, touchante chanson de Joni Mitchell, Dylan conduisant lui-même le bus de la tournée, etc.). Les fans de Bob et de Folk apprécieront tellement plus que les autres.

Rolling Thunder Revue: A Bob Dylan Story by Martin Scorsese. Réalisation : Martin Scorsese. Etats-Unis, 2019.