Le FIFO et Jan Kounen honorent la vie dans l’Océan Pacifique

Le FIFO 2015 s’est achevé à Tahiti en février, suivi par une projection parisienne où nous avons croisé Jan Kounen, président du jury.

 Le FIFO 2015 s’est achevé à Tahiti en février, suivi par une projection parisienne où nous avons croisé Jan Kounen, président du jury. 

C’est Tender de l’australienne Lynett Wallworth qui a reçu le Grand Prix. Son documentaire raconte le combat de la communauté de Port Kemba en proie à des vautours qui organisent un monopole économique autour des rituels et de la douleur de la mort. Un Prix cohérent avec l’objet même du FIFO : éclairer les problématiques humaines de ces régions à un autre bout de notre monde hyper-connecté, la Polynésie et l’Océan Pacifique.

Le réalisateur franco-néerlandais Jan Kounen était président du jury et nous avons eu la chance de le croiser à la projection parisienne de Tender. L’occasion d’échanger quelques mots avec lui notamment sur la suite de sa carrière dans le film de genre. Selon le réalisateur de Dobermann (1997), et autres films délirants pour les années 90 qui l’ont vu commencé,  il est encore plus difficile de nos jours de réaliser des films de genre. Il précise : « (à 50 ans) je n’ai toujours pas réalisé de film de science-fiction« . Une discussion à poursuivre avec le réalisateur dont on connait l’attachement à D’Autres Mondes et à l’océan indien notamment depuis son documentaire Darshan – l’Etreinte. Son prochain film ? Plus propice à trouver producteur car il est, plus que l’ayahcusca, dans l’air du temps occidental : un documentaire sur la cigarette électronique…

Site du FIFO