Uncut Gems : joyau noël

Les frères Safdie, prodiges du cinéma new-yorkais, signent un nouveau film fortement ancré dans la ville qui ne dort jamais.

Howard Ratner est un bijoutier bling-bling dans le quartier des diamantaires à Manhattan. Sa clientèle est composée de super-riches comme ce basketteur qui tombe littéralement amoureux d’une pierre brute venue d’Ethiopie et entachée de sang. Ratner mise son avenir sur cette pierre car il a contracté une énorme dette auprès de son beau-frère qui lui envoie deux voyous réclamer 100 000 dollars. Howard jongle avec une maîtresse, sa famille, ses dettes, et son addiction aux paris sportifs. Ce petit jeu dangereux pourrait lui coûter très cher.

La caméra se fait oublier tout au long de ce second long-métrage de Josh et Benny Safdie, déclarés génies par la critique. On pense à Scorsese (il est parmi les producteurs de ce film) et plus généralement au cinéma indépendant made in New-York. On suit l’anti-héros campé par un Adam Sandler habitué aux rôles comiques-troupiers et ici utilisé à “contre-emploi”. On est comme emporté par le tumulte des événements dans une mise en scène faussement foutraque, faussement improvisée (avec Darius Khondji comme directeur de la photographie).  Il règne une incertitude quant au sort des personnages, parfaitement traduite par des dialogues parfois dits tous en même temps quand ils ne sont pas noyés dans la bande-son musicale. Il en résulte un long-métrage immersif, à mi-chemin entre film noir et comédie dramatique.

Uncut Gems. Réalisation : Benny Safdie et Josh Safdie. Scénario : Ronald Bronstein,  Josh Safdie, Benny Safdie. Etats-Unis, 2020.