The Dishwasher/A Bluebird in my Heart directed by Jérémie Guez

Bluebird : regarde un homme tomber

A la frontière belge, Danny, un ancien détenu en liberté conditionnelle s’entiche d’une gamine à la recherche d’une figure paternelle.

Quand celle-ci est violée par un dealer, Danny replonge dans l’ultraviolence, déclenchant un cycle de vengeance d’où il ne sortira peut-être pas. Tous les éléments classiques du film noir sont là : le détenu en phase de rédemption, la fille fatale, l’incident déclencheur. Sauf que le protagoniste se laisse aller bien trop rapidement à ses instincts primitifs. Alors qu’il n’aspire qu’à la discrétion. Il s’ensuit un déroulement des événements dans une logique trop mécanique, ou sans conséquences, et des personnages qui passent leur temps à fumer des cigarettes dans des décors décrépits sur une musique omniprésente.

Bluebird. Scénario et réalisation : Jérémie Guez, d’après Dannie M. Martin. France/Belgique, 2017.

A lire – Nevada : la grande évasion intérieure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.