Mon royaume pour Al Pacino

you_don_t_know_jack01
Depuis la nuit des temps il est de bon ton de mépriser la télévision et la vidéo, tellement moins nobles que le théâtre et le cinéma. Ne parlons même pas du streaming. C’est pourtant sur un petit écran qu’on peut voir un des derniers rôles du meilleur acteur de sa génération. 
Il importe peu au réalisateur Barry Levinson (Rain Man, Good Morning Vietnam) et à son interprète Al Pacino de se rabaisser jusqu’à la multitude télévisuelle. Ils signent tous les deux un téléfilm pour HBO, diffusé en France par un opérateur célèbre pour son nombre de suicides intra-muros. L’assistance au suicide, ou l’euthanasie de personnes en souffrance extrême, c’est justement le sujet de You don’t know Jack (La vérité sur Jack). Pacino incarne Jack Kervorkian, alias le « Dr. Mort », un médecin engagé et excentrique qui défraya la chronique dans les années 90 en conduisant vers leur fin plus d’une centaine de patients volontaires.Un thème grave, polémique, pourtant Levinson y insuffle une légèreté aérienne et fait sienne la cause du héros. On apprécie la liberté de ton, la présence de Susan Sarandon et John Goodman autant qu’on regrette l’absence du film dans les étalages légaux*. Car Jack livre une nouvelle prestation in carne de Monsieur Pacino. Voûté, gris et mal habillé, il semble avancer dans le veillissement puis vers la mort comme les personnes qu’il aide à disparaître. On souhaite qu’une fois sorti du rôle, l’acteur redeviennent Don Corleone, Serpico ou même le mafieu raté de Donnie Brasco. Bref, un quasi-jeune homme fringant capable de jouer n’importe quel personnage, comme le Roi Lear (sortie prévue en 2013 ou plus tard) d’après Shakespeare.
Shakespeare, Pacino l’a dans la peau comme pas mal d’acteurs de sa génération. En 1996, il lui consacre Looking for Richard, un docu-drama qu’il réalise et interprète. Objet rare donc, et régal pour les amateurs de théâtre comme de cinéma. Un internaute indélicat a posté ce film sur un site de téléchargement illégal (et sur lequel nous n’allons jamais parce que c’est mal), en l’assortissant de ce copié-collé pris d’une jaquette ou d’un critique de cinéma averti : “Pacino nous entraine dans les coulisses de son théâtre intime pour nous faire partager sa passion de comédien.” Peut-on se considérer amateur de belles choses et cautionner ces pratiques innommables (le copié-collé et le téléchargement illégal) ? On peut aimer les fleurs et les couper, n’est-ce pas ? En tout, cas, pour mieux affronter le regard inquisiteur de vos amis téléramesques – nous en avons tous, question de quotas – et ne pas être accusé d’euthanasier l’industrie du divertissement, mieux vaudrait dépenser une dizaine d’euros pour afficher ces DVD dans votre salon, juste à côté de l’endroit ou vous rangez vos livres et votre bon goût.
https://www.youtube.com/watch?v=h5lGfiEZp1A
You Don’t Know Jack, de Barry Levinson, scénario d’Adam Mazer, avec Al Pacino, Susan Sarandon, John Goodman. Etats-Unis, 2010 ; et Looking For Richardd’Al Pacino, Scénario de Frederic Kimball et William Shakespeare, avec Al Pacino, Kevin Spacey, Wynona Ryder. Etats-Unis, 1996.
* Le DVD est en vente en France depuis octobre 2011, mais ne nous demandez pas pourquoi ni comment, on peut trouver le film sur Dailyoutube, dans une version française indigne du talent des comédiens originaux.
Merci à Olivier Marbot, Sylvie Belin et Carlo Santulli.
"Cette femme veut mourir - comme elle veut" - Susan Sarandon, plus jeune de film en film, sur une affiche de "La vérité sur Jack".

« Cette femme veut mourir – comme elle l’entend » – Susan Sarandon, plus jeune de film en film,sur une affiche de « La vérité sur Jack ».

Post Your Thoughts

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.