Et maintenant, la vidéo à la volée

Nous aussi, on aime pas les captures d'écrans (Médias Le Magazine, 3 février 2012).

Nous aussi, on aime pas les captures d’écrans (Médias Le Magazine, 3 février 2012).

La vidéo à la volée : c’est comme cela qu’il faut désigner le partage de vidéo instantané, initié médiatiquement par Twitter et Vine, adopté illico par France Télévision. Bienvenue dans le pré-futur.

« Nous ne sommes plus le seul diffuseur de nos contenus » constate la communication de France Télévision qui a inauguré il y a quelques jours son service de vidéo à la volée. Lors de l’émission Medias le Magazine du 3 janvier 2013 sur France 5, les spectateurs avaient la possibilité via une application ou sur le web de capturer à n’importe quel moment les 30 dernières secondes, et de les partager sur les réseaux sociaux. Comme mettre une citation entre guillemets ou commenter la télévision en direct sur Twitter ou Facebook, mais cette fois c’est du son et de l’image qu’on partage. Comme avec Vine qui permet de partager des vidéos plus personnelles. France Télévision avance une pièce importante sur l’échiquier du futur proche où l’écran connecté est Roi. Il n’y a plus de téléspectateurs mais des « télénautes », plus de téléviseur dans le salon mais plutôt une « social TV » dispersée sur tous les écrans. « Nous les [télénautes] encourageons non seulement à diffuser mais aussi à s’approprier le programme qu’ils regardent » affirme la chaîne. Tous les acteurs de l’audiovisuel vont se ruer sur la vidéo à la volée. Le vieux téléviseur relooké écran plat HD, maquillé comme une cougar, nous encourage donc à rediffuser son flux, le partager, à devenir ses « ambassadeurs », ses (re)diffuseurs. De sorte, c’est plutôt la social TV qui est en train de s’approprier le télénaute.

There is one comment

Post Your Thoughts

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.