Les Echos a peur de la montre d’Apple

Apple Watch

Et même doublement peur si l’on en croit un article paru le 24 mars dernier. L’Apple Watch est en effet susceptible de pourrir la vie des utilisateurs et des annonceurs avec son modèle économique captif.

Les Echos, c’est pas le genre de journal qu’on pourrait qualifier de gauchiste. Pourtant, ils tirent ce qui ressemble à une sonnette d’alarme avec un article pointant les dangers que fait courir l’Apple Watch… aux annonceurs. Dans un premier temps le quotidien économique rappelle que « L’Apple Watch offre peu de fonctionnalités qu’un smartphone ne soit pas en mesure de fournir. Et au bout d’un an, sa technologie deviendra obsolète et il faudra changer de montre : on ne peut donc pas parler d’un achat win/win pour le consommateur » (Nelly Rodi, analyste). Apple est assis sur un gros gâteau en or : les données de tracking (en Français : les informations sur les habitudes des utilisateurs collectées de manière plus ou moins éthique par tous les appareils de la marque synchronisés par Itunes). Le journaliste se demande quel annonceur, avec quel genre de pub, va investir dans un format aussi petit, mais surtout comment il va échapper au diktat de l’entreprise américaine qui nous a montré depuis l’Ipod qu’elle était fermée sur elle-même. Heureusement, il reste des pays avec une classe sociale de super-riches sous-développés intellectuellement qui seront ravis d’exposer leur montre connectée comme un signe extérieur de réussite. La Chine par exemple, ou la Russie, sont des marchés non négligeables pour l’industrie du luxe dont le groupe LVMH, auquel appartient le quotidien. Montre-moi qui te nourrit, je te dirai qui mordre. Lire la suite sur Les Echos.

Post Your Thoughts