Merci les jeunes : merci les jeunes !

merci-les-jeunes-de-jerome-polidor-avec-theo-costa-marini_5455306

Une production indépendante nous est arrivée par mail, une histoire d’histoires en banlieue.

Le film s’ouvre sur les émeutes de 2005. On dirait le début de La Haine mais on s’en éloigne rapidement pour rejoindre la vie d’une télé associative dix ans plus tard, (dans « une » banlieue) qui attend son enveloppe budgétaire. C’est le début pu piège dans lequel s’enferme volontairement le réalisateur en y incorporant plusieurs projets de films différents. Il y a une amourette, une comédie, une critique sociale et institutionne, et même l’interview du petit frère de Chomsky. Ces représentants descendent sur le terrain comme des dieux pour distribuer l’argent qui fait hippies et réaliste dans une association. Qui attend son enveloppe, et s’enferme dans cette enveloppe marquée « diversité ».

Par exemple, la scène de contrôle de police ajoute une piste intéressante : deux aspirants journalistes décident d’en tirer un documentaire. Les budgets du film ne le permettent pas mais ont permis en revanche une qualité professionnelle de la réalisation, un minima. Ou les thèmes ne le veulent pas. Ou bien les personnages l’ont compris : leur rôle, au nom de l’Etat, est de maintenir les « jeunes » dans une certaine torpeur sociale et intellectuelle. « Où sont les jeunes concernés ? » par les films faits sur eux, sur leur condition. On décidera ou non la raison pour laquelle l’un des héros, quitte la salle où un clip de rap se voit décerner le meilleur prix.

Merci les jeunes, un film de Jérôme Polidor. Interprétation : Théo Costa, Yvonnick Muller : Romuald.
Laura Cazes-Pailler. Louis Samka : France, 2016.

Post Your Thoughts

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.