Legion : schizoïde

Une série du genre super-héros bouleverse les règles grâce à sa narration éclatée, comme l’esprit de son protagoniste.

La folie est bonne cliente pour la fiction, on le sait, on l’a vu. David, diagnostiqué schizophrène, est enfermé dans un hôpital psychiatrique. Il a derrière lui une longue histoire de souffrances et d’anomalies. Malade peut-être, mais dans certaines conditions David peut faire bouger des objets, ou du moins, il les fait frétiller. Au contact de Sydney, une autre patiente persuadée qu’elle change de corps avec ceux qu’elle touche, c’est le chaos. Parce que Sydney change vraiment de corps, avec David. Notre super-héros sans masque prend brutalement conscience de son potentiel réel sur le réel. David est un mutant, peut-être le plus puissant jamais découvert, et cet asile a été conçu pour le contenir. C’est encore plus compliqué lorsqu’on découvre qu’il est habité par un parasite, un autre mutant, aux intentions malsaines, à l’origine de ses troubles psychiques. Et par dessus tout ça, une agence mystérieuse fait la chasse aux anormaux dans son genre – parce qu’il faut bien des antagonistes pour tenir quelques saisons.

Legion sort de l’écurie Marvel, d’une bande-dessinée plus complexe encore parue dans les années 90. On peut donc lui attribuer un certain niveau de maturité, surtout si on la compare aux séries de super-héros destinées aux ados comme Flash, Supergirl ou même, à un autre niveau, Daredevil. Si les supers portent des costumes, c’est en général pour cacher leur identité civile (lourd héritage de leurs grands-parents septuagénaires comme Superman et Batman). Dans Legion, pas de costumes, mais l’identité du héros est au cœur du récit. Elle est explorée d’une manière éparpillée. Le terme « schizophrénie » signifie justement le « fractionnement de l’esprit ». Alors le spectateur est soumis à un montage éclaté qui rend l’histoire aussi difficile à suivre qu’innovante. Le spectateur doit être méritant. La série est produite par FX (responsable de la dérangeante anthologie American Horror Story) et se trouve déjà disponible sur le réseau OCS Max en France. Legion est l’initiative de Noah Hawley, co-auteur de la série Fargo. Comme le fait remarquer un critique du Monde, par son côté presque expérimental Legion creuse un peu plus l’écart créatif entre l’écriture télévisuelle et l’écriture cinématographique. Une seconde saison est déjà dans les cartons.

Legion. Série de Noah Hawley d’après Chris Claremont et Bill Sienkiewicz. Interprétation : Dan Stevens, Aubrey Plaza, Rachel Keller. Musique : Jeff Russo. Diffusion française depuis le 25 avril 2017 sur OCS Max.

Post Your Thoughts

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.